Rechercher
  • Catherine Hargreaves

Amartey Golding - Bring me to heal 19/11

Mes questions sur le Brexit m'ont surtout amenée à essayer de réactualiser ma vision de l'Angleterre, d'être plus proche de sa réalité actuelle. Pour tenter d'expliquer ce que je perçois, ça fait plusieurs jours que je me demande s'il est possible d'appliquer à l'échelle d'un peuple entier les théories concernant les traumatismes multigénérationnels. Une fois de plus mes errances m'amènent pile au bon endroit. Je prends un bus au hasard qui m'emmène vers l'extérieur de Brighton, à l'université. Il y a là un centre d'exposition. J'y rentre, j'achète un billet et je me retrouve toute seule dans le noir dans une énorme salle ronde. Je m'allonge sur un des coussins et une musique puissante s'élève suivie de la projection de trois films magnifiques. Le premier film commence par une marche de nuit dans un paysage typiquement anglais. L'expo se termine par le dévoilement du costume utilisé dans les films, un costume entièrement fait de cheveux.


Amartey Golding dans son travail cherche comment il est possible de guérir le passé pour imaginer le futur. C'est sa manière à lui de comprendre la culture anglaise. Le soir, la personne chez qui je loge me dit qu'il connaît très bien Amartey, ils promènent leurs chiens le matin ensemble, il me donne son adresse, je vais commencer une correspondance avec lui.






15 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué