Rechercher
  • Catherine Hargreaves

Sheffield

Dernière mise à jour : 27 janv.

Le contraste avec le Sud est saisissant, d'abord il neige mais il y a aussi des travaux partout comme si la ville faisait tout pour oublier la dépression de la désindustrialisation qu'elle a subi de plein fouet. Les travaux sont entourés de pancartes vantant Sheffield et ce qu'elle est en train de devenir. On dirait que tout le centre ville est devenue un publicité vivante pour Sheffield. Une ville pour les étudiant.e.s apparemment? ça construit des logements à tout va,au centre en tout cas et les légendaires et brutalistes Park Hill flats (anciens logements sociaux) qui m'ont marquée dès ma descente du train sont aussi en train de se refaire une beauté. Le temps d'avant et d'aujourd'hui s'y mélangent de façon fascinante, idéalisme social en échec et renouveau libéral à tendance hipster à grands renforts de slogans sans doute commandés à des artistes. La boîte qui s'occupe de la rénovation des Park Hill flats s'appelle Urban Splash...


"To some, the redevelopment of Sheffield’s giant concrete housing estate is long overdue. To others, it represents nothing less than the ruin of the ideals upon which Britain’s welfare state is based."


Je sens ici des influences de toutes sortes et une histoire très riche, je tombe immédiatement pour l'ambiance qui en émane même si le relooking qu'elle est en train de subir semble vouloir effacer une partie de son histoire et de son identité. Les "auteurs" de ce relooking diraient sûrement qu'ils veulent rendre la ville plus attractive et effacer son histoire de la misère mais il suffit de s'éloigner du centre et d'arpenter certains des quartiers des 7 collines qui composent Sheffield (Spitall hill par exemple) pour comprendre qu'ils n'ont pas été inclus dans ce relooking manifestement pas conçu pour eux et leur population. Qui peut aujourd'hui s'offrir l'un des appartements rénovés des Park Hill flats? Qu'est-ce que cela veut dire d'autant axer l'identité d'une ville sur les étudiant.e.s et les entrepreneurs?... Ma peur de la standardisation n'est-elle pas du conservatisme mal placé? avec ces questions je pense toujours à Beaubourg et la destruction des halles du marché et du marais et avec la destruction de toute une histoire et petit à petit la fermeture des cafés parisiens, de plus en plus rares et pourtant j'aime Beaubourg...

Je pense aux grues actuellement à Saint-Denis aussi, aux jardins d'Aubervilliers..












5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué