Rechercher
  • Catherine Hargreaves

1er novembre 2021, 2:00 pm

Dernière mise à jour : 7 janv.


C'était les années 80 et traverser la frontière franco-anglaise était une fête.


Lever au milieu de la nuit pour traverser la France et attraper le premier ferry. Calais et sa campagne autour qui se découvrent au petit matin, les panneaux de signalisation si familiers, l'odeur du mazout, la mer, les autocollants sur le pare-brise, la douane, les longues attentes dans les files de voiture pour embarquer, l'odeur magnifique de la mauvaise graisse d'un English breakfast bon marché à la cafeteria, le bruit des bouteilles du duty free qui s'entrechoquent quand ça tangue, les bonbons et chocolats bourrés de sucre qui ne se trouvent dans aucun autre pays et surtout un terrain de jeu géant en pleine mer et en plein vent avec plusieurs étages. Se courir après, se perdre, et toujours cette mer tout autour de nous, synonyme de nouveaux possibles, jusqu'à ce qu'apparaissent les falaises de Douvres pour nous signaler qu'on est bientôt là, qu'on va reprendre la route pour quelques heures encore, mais à gauche cette fois-ci, qu'on pourra bientôt voir la famille.

Et pour finir, le décompte gueulé joyeusement jusqu'à ce que les pneus touchent le bitume anglais, 5, 4, 3, 2, 1, 0... we're home, we're in England!!!

Aujourd'hui, les photos mal cadrées à gros grains sont remplacées par les photos d'un iphone dernier cri.

Doubles barrières et barbelés sur des kilomètres, miradors, caméras... La mer synonyme de joie est devenue un cimetière et je fais partie de celleux qui n'ont même plus besoin de la traverser mais qui passent en dessous. Les écrans tout autour de moi me rassurent non stop que je suis bien en sécurité, que toutes les mesures sont prises pour protéger ma santé, que tout le monde, y compris Eurostar, se soucie du climat et surtout que jamais, jamais je ne serai perdue, qu'on me suivra partout.









172 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué