Rechercher
  • Catherine Hargreaves

Dry Corner - 4/11




H. vient de Bulgarie, ça fait 5 ans qu'elle habite à Londres. Cheveux peroxydés et yeux bleus pleins de tendresse, elle m'appelle "my darling" avec un fort accent d'Europe de l'Est et semble heureuse de discuter tout en travaillant. Elle est couturière. Ses employeurs pakistanais très sympathiques écoutent notre conversation. Cette ville lui plaît mais quand même, elle cherche longtemps le bon adjectif... cette ville est "robotic". Ce n'est pas comme ça dans son pays même dans la capitale me dit-elle, le travail n'est pas au centre. Ici c'est travail, coucher, lever, travail, coucher, lever... il n'y a rien d'autre. Ses enfants ont 15 et 22 ans, eux aussi travaillent beaucoup, il le faut. Elle en semble très fière. Elle me dit qu'ils sont heureux de vivre en Angleterre, parlent chacun.e 4 langues. Le plus grand travaille en étudiant, il est policier et l'année prochaine il commence un cursus à Cambridge, pour être policier de "haut niveau". Nous parlons un peu de tout, rien ne semble lui poser trop de problèmes dans l'Angleterre d'aujourd'hui si ce n'est que sa vie n'est que travail.




1 vue0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué