Rechercher
  • Catherine Hargreaves

Hackney - 5/11

Dernière mise à jour : 7 janv.



Je me rappelle que ça craignait un peu il y a 20 ans. C'est la ville d'Harold Pinter pour l'anecdote. Il y avait beaucoup de maisons vides dans je ne sais plus quelles années et pour une livre symbolique on avait le droit de s'y installer. Il n'était pas rare que des meurtres soient commis dans le voisinage. Petit à petit, ça s'est gentrifié, il y a 20 ans déjà, on commençait à en parler. Puis il y a eu les JO (comme à Saint-Denis aujourd'hui). C. chez qui je loge toujours me dit que le dimanche, à Hackney Downs, le parc devant lequel mon oncle vivait est devenu une sorte de showroom pour les chiens du quartier qui y promènent leurs maîtres. Moi je me souviens juste qu'il pleuvait dans les trains pour venir ici et d'une époque où les enfants de toutes les couleurs jouaient dans cet immense parc, sans surveillance des adultes qui plus tard fumaient des joints en regardant le soleil se coucher.

L'esprit de ce quartier n'a pas complètement disparu et la gentrification n'est pas totale, il y a toujours une vibration qui me plaît mais je n'ai jamais de ma vie vu autant de pancartes à vendre devant les maisons, il y en a littéralement tous les dix pas et puis c'est bourré de coffee shops (que j'apprécie j'avoue...) et où le prix des boissons est énorme même pour une parisienne ... Quand aux projets de supers complexes avec appartements, piscine et salle de sport etc. ils semblent de plus en plus nombreux. Ca me fait penser à ce qui se passe à Aubervilliers et Saint-Denis. Les projets ne sont clairement pas pour les gens déjà sur place et bientôt ils n'auront plus les moyens d'y rester.























2 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué