Rechercher
  • Catherine Hargreaves

Remembrance garden - 10/11

Dernière mise à jour : 8 févr.

Hier, comme une sorte de pèlerinage, je suis retournée à l'église où mes parents puis ma tante se sont mariés et puis j'ai cherché le "Remembrance garden" où les cendres de mes grand-parents ont été dispersées. Ma mère me guidait au téléphone mais je n'ai pas trouvé tout de suite. Une jeune femme avec un fort accent jamaïcain m'a arrêtée dans la rue en me disant que ça l'embêtait de me voir si perdue et elle a essayé de m'aider mais ne savait pas non plus, elle est partie. Quelques instants plus tard elle est revenue en courant et m'a indiqué le chemin puis est repartie tout aussi vite en me criant fort "see you later!"

L'église donne sur une route plutôt occupée, en face, il y a un super marché Tesco. Pas très romantique tout ça. Ca n'aide pas à changer les impressions que j'ai de Southampton. Un nouveau bâtiment a été construit, accolé à l'église. C'est une sorte de centre social avec un café. A l'intérieur une bande personnes âgées très joyeuses semblaient occupées à des travaux de couture, il y avait aussi une distribution de vêtements et l'église même avait été compartimentée avec des séparations en verre et le sol était recouvert de moquette. Cette église semble très active. A Londres j'ai remarqué un nombre impressionnant de nouvelles et anciennes églises de toutes confessions, ça m'a étonnée. Il faudrait que je vois s'il y en a vraiment plus qu'avant ou non, s'il y a là quelque chose à creuser. Je leur ai demandé si je pouvais voir le nom de mes grands-parents sur le livre des souvenirs, personne de la famille n'a encore fait le déplacement pour voir si les noms y avaient été bien inscrits, je suis la première à les voir, j'ai pris des photos puis je suis allée au jardin du souvenir. Ma mère en voyant les photos avait du mal à reconnaître, l'entrée avait été déplacée. J'ai aussi appelé ma tante pour lui montrer. Matinée assez joyeuse.



Puis je suis allée au 8 Midanbury Lane. J'aime cette brique rouge que je vois partout. En France, il m'arrive souvent d'avoir dans les images flash qui me reviennent parfois, cette image en gros plan de brique rouge. Quand il pleut aussi, l'odeur de la pluie sur la brique rouge n'existe peut-être pas dans la réalité mais dans mon esprit, si.

J'ai appelé ma mère pour lui dire que je trouvais le quartier assez huppé pour la working class. Elle m'a demandé pourquoi je lui parlais de working class, je lui ai dit que je pensais que c'était la classe à laquelle appartenaient ses parents. Elle s'est foutu de ma gueule, je comprenais pas, ils étaient pauvres non? Oui mais être pauvre ne veut pas forcément dire faire partie de la working class. Si j'ai bien compris ce qui fait la différence, c'est la possibilité et la connaissance des codes pour avoir accès à l'éducation.

Le simple fait d'être venue ici fait que d'un coup, j'ai, à travers les conversations avec ma tante et ma mère, appris beaucoup de choses sur leur jeunesse et sur mes grand-parents. Je commence à savoir un peu plus d'où je viens et me rends compte à quel point mon imagination a comblé les trous. Mon passé devient beaucoup plus concret, plus proche, plus réel ou plutôt mon passé commence à exister, j'arrive à imaginer ce qu'était la vie de ma mère avant qu'elle vienne habiter en France. Je vais faire une liste de toutes les histoires "fausses" que je me suis racontée.

Et puis j'apprends des choses sur mon grand-père. On pense aujourd'hui qu'il était peut-être sur le spectre de l'autisme.


La maison était la même que dans mes souvenirs, c'était la même porte d'entrée, le jardin avait perdu son arbre mais je crois que ça c'était même du temps de leur vivant. En me rapprochant, je vois que le tout est assez mal entretenu et il y a un écran de TV immense, il doit occuper la moitié du salon, c'est désagréable. Je pense à ces personnes qui ont ont voté pour le Brexit et qui m'ont parlé d'invasion, de non respect de ce qui leur appartient et combien leur discours me paraissait et me parait toujours insensé. Autant voir l'église ne m'a rien fait autant venir ici m' a pas mal émue. La mémoire et les lieux....

Et puis je pense à Rachel aussi, il y a pas loin un parc où elle aimait aller petite je crois.


La maison (celle de gauche):


L'arrêt de bus et la rue pour aller faire les courses:









5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué