Rechercher
  • Catherine Hargreaves

Southampton - 8/11

Dernière mise à jour : 7 janv.



Arrivée à Southampton, ville de mes grand-parents maternels. J'appréhende un peu. Depuis la mort de mes grand-parents maternels, je ne suis pas retournée dans cette ville. Enfant et ado, j'adorais me rendre dans la maison de mes grand-parents mais je ne sais rien de cette ville qui m'a toujours parue un peu glauque. J'ai cette image d'une ville pauvre et triste. Construction de l'enfance puisque cette ville universitaire est un des grands ports de l'Angleterre.

Si j'essaie de retrouver mes impressions d'enfance, je vois beaucoup de gris, un centre commercial au centre de la ville, un arrêt de bus au bord d'une grande route, route que j'empruntais parfois avec ma grand-mère, à pied (ni elle ni mon grand-père ne conduisaient) pour aller faire des courses et un gazomètre que je trouvais très beau. Sinon mes souvenirs de séjour à Southampton sont surtout liés à des ballades dans le New Forest ou des sorties au musée de Beaulieu par exemple.

Je ne sais pas trop ce que je vais faire dans cette ville ni par où commencer pour faire des rencontres. J'ai volontiers peu préparé ce séjour-là pour ne pas avoir de préjugés et recommencer à zéro.

Et puis après une première semaine extrêmement intense (je pensais que ça démarrerait moins sur les chapeaux de roue), je me sens tout à coup très timide ici. C'est une disposition particulière que de toujours être en état de disponibilité pour ne pas rater une possible rencontre si jamais elle se présente, de constamment sortir de ses zones de confort pour ne pas aller vers ce que je connais déjà ou les univers qui par exemple me plaisent d'emblée. Bref je me sens pas hyper sociable aujourd'hui on dirait, j'ai envie de rentrer dans ma coquille. Je me rends compte aussi que je suis incapable de publier publiquement quoique ce soit sur ce blog. C'est que je suis en totale immersion depuis une semaine, je reçois des tonnes de sensations, la pensée n'arrête pas et "publier", "communiquer" tout ça et ben tout simplement, ça ne colle pas. Ca fausse le rapport à l'expérience, je n'ai pas envie de prendre des photos ou de vivre des trucs en me disant, "ah ça, ça va trop le faire pour mon blog ou ma story".

Et puis il se passe un truc que j'avais pas du tout prévu. L'idée c'était de venir ici en dehors des connexions familiales, d'avoir un autre rapport à cette Angleterre, de chercher à véritablement la connaître. Alors je ne me doutais pas que je me retrouverais presque tous les jours au téléphone avec ma mère pour lui raconter ce que je vivais. Ce qu'elle me raconte en retour de son propre rapport à ce pays est passionnant. Elle me raconte des trucs sur son passé, sur l'Angleterre dont elle se souvient mais je découvre aussi tout un tas de choses sur elle, sa jeunesse, notre famille dont au final je ne sais pas grand chose et de ce que c'est pour elle de vivre aujourd'hui dans un pays qui n'est pas son pays de naissance, de vivre en France en tant qu'anglaise.

Alors ça en plus de l'envie de rester en immersion, ça ne laisse pas de place à un autre rapport au monde qui serait plus public, pas pour l'instant en tout cas.

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

C. est d'origine nigériane et aime aussi beaucoup Bristol. Il aime son cosmopolitisme et la gentillesse de ses habitant.e.s. Il habitait avant à Cardiff et il trouve que les gens ici sont plus "éduqué